Vrai ou faux? le maire pourchassé par un jeune avec une hachette...

Publié le par l'asnierois

On se rappelle d'un fait divers survenu la semaine derniere, relaté par le Parisien; un adolescent a été appréhendé par la Police alors qu'il se promenait en possession d'une petite hache (probablement pour aller se bagarrer avec d'autres jeunes, en bordure d'Asnières et de Gennevilliers).
Selon l'un de ses membres qui nous a contacté discrètement, l'UMP d'Asnières/tendance Aeschlimann serait en train de diffuser une version incroyable de l'histoire: en réalité ce serait le maire Sébastien Pietrasanta qui aurait été pourchassé par l'adolescent (pour quel motif? nul ne sait).Le maire, pas très courageux, aurait eu trés peur et pris les jambes à son cou avant de s'engouffrer dans sa voiture, protégé par son chauffeur.
Une version trés étonnante, totalement démentie par l'entourage du maire (dont les collaborateurs s'étranglaient de rire en découvrant cette allégation)...mais dont l'UMP s'apprèterait à faire un tract ou une publication (selon notre source).

Alors, vrai ou faux?

Là encore, il nous a fallu mener une petite enquête. Il semblerait que le maire ne se soit pas trouvé à Asnières au moment où les faits se sont produits (c'est à dire où le jeune a été interpellé avec la hachette).  Selon plusieurs sources (policiere, municipale, politique) à aucun moment cette soi-disante poursuite n'a eu lieu. Ni Monsieur Piétrasanta ni son chauffeur, ni même aucun élu n'a été impliqué, de près ou de loin, dans cette affaire de hachette. Cette version abracadabrante sortirait tout droit de l'imagination fertile de Madame Aeschlimann ou ses collaborateurs.

Laissons la parole à l'un de mes interlocuteurs: "L'UMP locale semble avoir franchi un nouveau palier dans son entreprise de désinformation. Ils n'en sont pas à leur coup d'essai, régulièrement ils montent de toute pièce des bobards qu'ils publient sur internet espérant piéger les gogos... Là, c'est plus grave car ils mêlent le maire à un fait divers qui a marqué les esprits, on peut vraiment craindre qu'un jour, Madame Aeschlimann se permette d'accuser le maire de pédophilie, par exemple. En fait, l'UMP locale profite d'un des engagments du maire socialiste: réduire les frais d'avocats de la Ville et donc ne plus jamais poursuivre les opposants pour diffamation.
(NDLR/ rappelons que son prédecesseur saisissait la Justice pour n'importe quel prétexte, aux frais de la Ville,  ce qui s'apparentait à du harcèlement judiciaire de ses contradicteurs)."

En outre, on sait bien que dans ce genre d'affaire, les personnes diffamées hésitent à répondre publiquement, de peur de faire encore davantage d'écho à la diffamation.
 
Dans ce cas précis, si l'UMP publie effectivement cette version rocambolesque des faits, le maire serait pourtant bien inspiré de porter plainte pour diffamation et propagation de fausse nouvelle. A suivre....

Commenter cet article