Affichage sauvage: l'UMP d'Asnières dénonce un "scandale"

Publié le par l'asnierois

Selon l'un des sites de l'UMP locale (tendance Aeschlimann), la mairie dégraderait volontairement l'environnement par de l'affichage politique sauvage lié aux élections européennes....
Le site internet publie, en guise de preuves, des photos d'affichage sauvage (pont de Clichy, mur de la gare SNCF...). Et accuse le maire et ses adjoints - de manière virulente comme toujours. Extrait: "Nouveau maire, nouveau genre : plus de loi à respecter, juste un message révolutionnaire à faire passer et à placarder de manière crasse. C'est ça la nouvelle mairie : des élus de gauche qui ne respectent les murs de leur propre commune. Des élus qui dégradent pour faire passer leur propagande politique." Rien que ça!
 
Comme toujours, nous vérifions les affirmations des amis de l'ex-maire d'Asnières, sans a-priori et avec objectivité.

A l'examen attentif des photos publié par ce site UMP, la supercherie apparait rapidement: la plupart des images montrent
des affiches du NPA, ex-LCR, parti d'Olivier Besancenot. Or, aucun élu du Grand Rassemblement pour Asnières n'est membre de ce parti d'extrême gauche! Il est donc déplacé d'accuser un maire PS pour des infractions commises par les militants d'un parti concurrent.
Une autre photo semble
ne pas provenir d'Asnières mais d'une ville voisine. 
Enfin, une photo montre une affiche PS...de Ségolène Royal, et date de toute évidence de l
'élection présidentielle et non des Européennes. Visiblement, il s'agit d'un collage "national" (les équipes professionnelles des grands partis ont l'habitude de coller sur les ponts, à de grandes hauteurs) qui a peu de chance de concerner directement le maire d'Asnières. Certes l'UMP a raison de dénoncer ce type d'affichage polluant (que le parti sarkozyste pratique d'ailleurs lui-même, à grande échelle! c'est bien aussi de balayer devant sa porte....). Mais les accusations envers le maire d'Asnières, qui chercherait à passer un "message révolutionnaire" en salissant les murs de sa ville, apparaissent totalement déplacées et mensongères, jusqu'à preuve du contraire.

En revanche, on peut rappeler utilement que Manuel Aeschlimann, du temps de son règne, était passé maître dans l'art de l'affichage sauvage (murs recouverts en permanence d'affiches UMP jaunes fluo, chacun s'en souvient) et dans la confiscation des panneaux d'affichage libres (aucun parti politique hors UMP, ne pouvait s'y exprimer!). 
Force est de constater que depuis le changement de majorité, on ne connait plus d'atteinte à la liberté d'expression à Asnières, du moins jusqu'à aujourd'hui. C'est au moins un bon point à mettre au crédit de la municipalité...

Du temps où Manuel Aeschlimann régnait sans partage, la mairie UMP avait le monopole des panneaux et recouvrait la ville d'affiches en tous genres...
 

Commenter cet article