Redressement des finances municipales, baisse de la dette...

Publié le par l'asnierois

Le dernier Conseil municipal a été instructif, il abordait le compte administratif 2008 (en quelque sorte le bilan financier de l'année 2008). Il a permis de mesurer les efforts de la municipalité pour redresser les finances de la ville.
En effet, si la première année de mandat de l'équipe Pietrasanta n'a pas été exempte de faux-pas (on se souvient la malheureuse affaire de l'augmentation non-concertée des tarifs des crèches....) il est au moins un aspect sur lequel tous les observateurs de bonne foi  s'accordent: le redressement financier d'Asnières a débuté, timidement certes (la crise financière n'a pas aidé!) mais de manière réelle et concrète.
Je reproduis ci-dessous les commentaires d'un expert financier, habitant d'Asnières et particulièrement attentif à l'évolution de la situation financière de la commune.

"Malgré la crise mondiale, Asnieres opère un redressement qui, s'il n'est pas spectaculaire, est pour le moins rassurant. En effet, en 2008 et pour la première fois, Asnières n'a pas emprunté, rompant ainsi avec la politique suicidaire de l'équipe précédente. L'examen du compte administratif démontre que le désendettement a enfin commencé. La municipalité, en décidant d'augmenter les impôts l'an prochain (décision douloureuse pour le porte monnaie des Asniérois mais nécessaire dans le contexte) garantit le financement de nouveaux équipements sans alourdir la dette ce qui est une politique sage. Les dépenses de fonctionnement, dont on pouvait s'attendre qu'elles explosent, connaissent une augmentation raisonnable. Enfin, la volonté de cette équipe à faire la chasse aux gaspillages me parait devoir être saluée"..

Nous ajouterons hélas à cette analyse encourageante, que la
situation des finances asniéroises est tout de même incertaine pour la raison suivante; par incompétence (ou malhonneteté??), l'équipe Aeschlimann avait contracté 85 % d'emprunts toxiques, dont les taux risquent de monter au fil des années. Ces emprunts toxiques permettaient à l'ancienne équipe d'afficher dans un premier temps des taux en baisse (idéal en période électorale) mais ensuite, plus personne ne peut maîtriser ces taux, qui peuvent doubler, tripler ou décupler sans limite, dans les années qui viennent ! 
Il faut savoir que beaucoup de villes ont contracté des emprunts toxiques, mais Asnières est la seule à s'être mise dans pareil pétrin avec plus des 3/4 de son endettement toxique! Un cas quasi-unique en France. Si le contexte financier international se dégrade encore, Asnières pourrait être incapable de faire face à ses remboursements ce qui signifierait une mise sous tutelle de la ville par l'Etat!
Et ce, quelle que soit la politique de l'actuelle équipe municipale... une perspective inquiétante.

Au fait,
que dit Monsieur Aeschlimann pour sa défense? Eh bien....il nie en bloc!! Pour lui et sa femme, tout cela n'est qu'invention. Les multiples rapports d'experts, l'avis de la Cour des Comptes, la Trésorerie municipale, les services municipaux,la presse économique.. tout cela est "bidon"! Il n'en démord pas : sa gestion a été exemplaire, les emprunts toxiques ont été de sages décisions, etc etc.... On croit réver, alors qu'au minimum, les Asniérois seraient en droit d'attendre des excuses publiques.
L incompétence le dispute à la mauvaise foi, lorsqu'au conseil municipal Madame Aeschlimann  a vanté sans complexe son bilan financier! En usant d'arguments pour le moins absurdes et contradictoires. Pour elle, le nouveau maire a gaspillé "la cagnotte" accumulée par l'équipe précédente: elle fait allusion aux 16 millions qui dormaient sur les comptes de la ville, résultant d'un sur-emprunt. Rappelons que la Ville n'ayant pas le droit de spéculer ni de placer son argent, de ce fait il ne s'agissait pas d'une épargne, mais d'une erreur de gestion pure et simple, qui a coûté des sommes pharamineuses en intérêts bancaires! Comment aggraver inutilement un endettement? En empruntant trop, et à des conditions désavantageuses! mais le couple Aeschlimann continue à nier...
Considérant comme d'habitude que la meilleure défense est l'attaque, Madame Aeschlimann a dénoncé aussi l'embauche de cadres en mairie (mesure préconisée par la Chambre régionale des Comptes), l'augmentation de 4% des dépenses de fonctionnement et frais de personnel (pourtant liée à la construction de nouveaux équipements... pour la plupart votés par l'ancienne équipe municipale!), de soi-disant gaspillages (les frais de communication par exemple...alors que ceux-ci sont en nette diminution par rapport à l'année 2007 ! il suffit de comparer les chiffres).... Bref, des attaques tous azimuts, de parfaite mauvaise foi, pour masquer l'incurie d'une gestion précédente sanctionnée par les Asniérois aux élections municipales.
  

Commenter cet article