La sécurité, l'échec de N.Sarkozy

Publié le par l'asnierois

Lorsqu'on visite les sites internet et blogs de l'UMP asniéroise, on a l'impression qu'un seul sujet importe aux yeux des rédacteurs: la sécurité. Selon eux, la délinquance aurait explosé à Asnières, précisément le jour du changement de municipalité (un argument qui fait rire les observateurs sérieux). Un argument contredit par les chiffres officiels du Ministère de l'Intérieur, qui affirme que la délinquance est en baisse régulière à Asnières. Or il est difficile pour l UMP locale de soutenir que le ministre de l'Intérieur M.Guéant roule pour la gauche, ou est un ami proche de S.Piétrasanta.

Mais ce que constate le citoyen, en revanche, c'est que notre société devient de plus en plus violente, à Asnières comme ailleurs en France. Les atteintes aux personnes, vols avec violence et autres, sont en augmentation depuis que M.Sarkozy est aux affaires. C'est un triste constat, incontestable car reposant sur des chiffres établis.

A Asnières, le maire PS a prouvé qu'il était ferme sur les questions de sécurité publique (on se souvient qu'il a décidé un couvre feu pour le mineurs aux moments des bagarres entre bandes d'Asnières et Gennevilliers). Mais sur le plan national, M.Sarkozy n'obtient pas de résultat alors qu'il s'agissait d'une de ses principales promesses.

Madame Aeschlimann recense sur son blog tous les faits divers se passant dans notre ville (tout y passe: bagarres, accidents, incendies etc...)pour tous les imputer au maire! Mais elle se garde bien d'évoquer les faits divers des autres communes. Chaque jour apporte son lot den faits divers violents liés à la petite délinquance ou au grand banditisme. Ainsi, on peut lire aujourd'hui dans le Parisien l'article ci dessous....mais chaque jour c'est la même chose! Que fait le gouvernement, à part baisser les effectifs de police et de gendarmerie dans tout le pays, et réduire le nombre de professeurs, éducateurs, etc ?... 

A L'Assemblée le député UMP Aeschlimann soutient la politique de baisse des effectifs de police dans le pays, ça c'est une réalité!

 

 

dans LE PARISIEN d'aujourd'hui, un fait divers parmi d'autres :

 

 

Des malfaiteurs se sont attaqués au siège social de la société de convoyage de fonds Temis, à Orly-Ville (Val-de-Marne), ce mercredi matin, à 5h55, au moment de la relève des équipes. Un convoyeur de fonds est mort dans l'attaque, deux autres ont été blessés. «Mais a priori leurs jours ne sont pas en danger», a indiqué le préfet du Val-de-Marne, Pierre Dartout, qui s'est rendu sur place. 


Les braqueurs, au nombre de 4 à 6, étaient cagoulés et habillés en policiers, portant des tenues noires d'intervention de nuit. Lourdement armés, ils ont utilisé deux charges explosives. La première contre la porte sur rue du bâtiment, la seconde contre le coffre proprement dit. 

Deux explosions

L'un des employés de la société Temis, un homme âgé de 53 ans, qui se trouvait derrière la porte, a été tué par la première explosion, les jambes arrachées. Une source proche de l'enquête avait affirmé dans un premier temps que la victime était une femme. 

Deux autres employés ont été blessés par le souffle de l'explosion. L'un d'eux, le plus grièvement touché, a été dirigé vers l'hôpital Henri-Mondor de Créteil. L'autre a été choqué. Les autres employés, au nombre de six selon nos informations, se sont retranchés durant l'attaque à l'intérieur de l'établissement, dans le bloc blindé. 

Un passant brièvement pris en otage

Les malfaiteurs se sont enfuis, semble-t-il sans être parvenus à leurs fins. Pour couvrir leur fuite, ils ont mis le feu à une voiture afin de bloquer la rue. Ils ont ouvert le feu sur les policiers arrivés sur les lieux, faisant usage d'armes de guerre du type kalachnikov. Le gang a ensuite pris la direction de l'autoroute A6, à bord de deux véhicules dont un 4x4 Audi. Les malfaiteurs ont brièvement pris un passant en otage, l'embarquant de force dans leur voiture. L'homme a été relâché une heure plus tard, à 7h17, à Vitry-sur-Seine (Val-de-Marne), au niveau de l'échangeur autoroutier. Il n'a pas été blessé.

Commenter cet article