Viols sur mineures: Aeschlimann, avocat, choque l'électeur UMP

Publié le par l'asnierois

Stupeur à Asnières, parmi l'électorat de droite et particulièrement UMP: l'annonce par la presse que Manuel Aeschlimann défend (en tant qu'avocat) un chanteur africain - réputé proche du président Kabila-accusé de trois viols sur mineures passe très mal, d'autant que ces supposés crimes se seraient déroulés à Asnières (certaines sources citent plutôt Paris). 

En effet, le député UMP sortant s'est fait une spécialité ces dernières années de défendre de riches personnalités africaines, chefs d'Etat, stars de la chanson et autres... comme Jean-Pierre Bemba, ancien premier ministre congolais, accusé de crime contre l'humanité qui compte parmi la clientèle huppée de M.Aeschlimann.

Selon la presse, le nouveau riche client de Manuel Aeschlimann a été mis en examen pour viol sur mineures, séquestration, actes de barbarie en bande organisée et trafic d'êtres humains (à noter que d'autres clients de M.Aeschlimann sont aussi accusés de trafic d'êtres humains, comme M.Bemba par exemple). Selon la presse, Manuel Aeschlimann a dénoncé cette mise en examen, car son client richissime avait proposé toutes les garanties financières dont une caution de 150 000 euros.

 


Dans le fond, il n'y a pourtant rien de choquant à ce que Manuel Aexchlimann exerce sa profession d'avocat. Même les pires violeurs ont droit à un avocat de la défense. On ne peut pas reprocher non plus au député d'Asnières de se spécialiser dans la défense de très riches hommes d'Etat africains, même si ce sont pour certains des dictateurs: il n'est pas interdit pour un avocat de faire fortune grace à sa profession!

Mais auprès de l'électorat de droite, cela fait désordre: d'un côté un homme politique qui crie sur tous les toits qu'il lutte contre le crime et dénonce (à tort d'ailleurs) une "explosion de l'insécurité à Ansières"...et de l'autre, le même homme qui défend dans les tribunaux des gens accusés des pires crimes. Un paradoxe qui n'en finit pas de choquer les Asniérois. 

 

EXTRAIT DU JOURNAL LIBERATION:

NANTERRE (AFP) - Le chanteur congolais Koffi Olomidé a été mis en examen lundi pour viols et séquestrations de trois ex-danseuses de son groupe par une juge d'instruction de Nanterre, a-t-on appris mercredi auprès de son avocat Me Manuel Aeschlimann.

La juge d'instruction Sylvie Daunis avait saisi un juge des libertés et de la détention (JLD) pour obtenir le placement en détention provisoire de M. Olomidé. Mais le chanteur a choisi de rentrer en République démocratique du Congo, sans attendre la décision du magistrat sur ce point, a expliqué l'avocat.

"Koffi Olomidé s'est rendu lundi après-midi de son plein gré à une convocation de la juge d'instruction de Nanterre qui l'a mis en examen pour viols et séquestrations", a expliqué à l'AFP son avocat.

Selon Me Aeschlimann, une ancienne danseuse du groupe du chanteur avait déposé plainte pour viol et séquestration en 2006. Deux ans plus tard, deux autres ex-danseuses du groupe avaient déposé plainte pour les mêmes motifs.

L'une des trois était mineure au moment des faits dénoncés.

koffi-49df4.jpg
Manuel AESCHLIMANN est le défenseur de Koffi Olomidé, accusé de trois viols sur mineures. A Asnières, la nouvelle scandalise l'électorat UMP...

Commenter cet article