Bizarreries d'entre deux tours

Publié le par l'asnierois

La période d' entre deux tours est toujours un moment d'effervescence dans les états-majors politiques. Tour d horizon de quelques bizarreries asniéro-asniéroises...

 

Le silence assourdissant du député.

Aucune allusion aux Cantonales sur les sites et blogs de M. et Mme Aeschlimann, aucun soutien à T.Le Gac le candidat désigné par l"UMP contre leur volonté. Le camp Le Gac bruisse de rumeurs croustillantes, comme celle-ci: le député,  sa femme et sa proche famille 'auraient voté FN au premier tour'. Probable en effet, mais absolument impossible à vérifier...

 

Le choix de la première adjointe au maire.

J.Fischer n'appelle pas ouvertement à voter pour T.LE GAC, mais déclare sur son site qu'elle votera pour lui à titre personnel au second tour. Logique pour une candidate s'étant toujours rangée sous la bannière "majorité départementale"... mais une position qui pourrait renforcer son isolement au sein de la majorité municipale, toute entière rangée derrière Luc Berard de Malavas. En effet le candidat PS reçoit le soutien de toutes les forces du Grand Rassemblement (Modem, les Verts, Divers Droite, Indépendants...) à l'exception de Madame Fischer. Une position personnelle qui risque de désorienter bon nombre de ses sympathisants anti-UMP, notamment dans les quartiers Nord.

 

Les soutiens fantômes de Le Gac

T.Le Gac aimerait pouvoir disposer de réserves de voix importantes, ce qui hélas pour lui n'est pas vraiment le cas. Il peut certes se vanter du soutien de Ralph Bohbot et de ses 1,5 % d'électeurs. Selon le site des Jeunes Pop le candidat UMP déclare avoir reçu le soutien du "parti Divers Droite"; le hic, ce parti n'existe pas en tant que tel! Reste pour l'UMP à mobiliser les électeurs du FN et aussi ceux de J.Fischer, pour la plupart résolument hostiles au parti sarkozyste...

 

 

Le grand écart du candidat PS

Arrivé en tête avec 26 % (une première pour le PS à Asnières) Luc Bérard de Malavas est sûrement le candidat PS le plus souple du département: il arrive en effet à rassembler, parmi ses soutiens, le Front de Gauche et le Modem, les Verts et les Divers Droite, le PC et les centristes... Souhaitons lui bon courage pour gérer les prochains comités de campagne, façon Foirfouille (comme le dit la pub "à la Foirfouille tu trouves de tout si t'es malin")

 

 

Les convictions fermes de Bohbot le candidat rigolo

Il n"y a pas si longtemps, Ralph Bohbot (célèbre vendeur de slips et culottes du quartier de la gare d'Asnières, président de divers comités et confréries, fondateur du Club de l'Amitié etc...) arpentait les rues coiffé d'un drôle de chapeau à lumières clignotantes, à l'effigie de ...Ségolène Royal! en effet, celui qui se réclame aujourd'hui de la droite asniéroise, militait de manière tonitruante pour la candidate PS lors des dernières présidentielles. Aujourd'hui fort de ses quelques dizaines de voix obtenues au premier tour, il apporte sans sourciller son soutien à Thierry Le Gac, préférant oublier que l'UMP d'Asnières s'est toujours moqué de lui en le considérant comme l'idiot du village.

 

La consternation des militants FN

Avec un score historique de 18,3 % le FN pourrait être enthousiaste à Asnières... sauf que les militants du parti d'extrême-droite se sont rendus compte qu'ils avaient fait la campagne d'un ultra du mouvement gay. En effet, le jeune Franck Beeldens qui portait les couleurs du FN (totalement inconnu à Asnières) est le leader sulfureux d'un micro-parti homosexuel défendant notamment le mariage homo. Tout de noir vêtu, il a été aperçu à Asnières le jour du vote en compagnie de son ami. Un candidat qui scandalise les lepénistes traditionnels qui crient à l'hérésie et réclament son exclusion du FN.

Commenter cet article