"Une femme et un bébé à la rue": à qui la faute?

Publié le par l'asnierois

Sorte de "Nouveau Détective" local (vous savez, ce "journal" qui affiche en couverture les meurtres et les viols les plus ignobles pour appâter le lecteur) le blog de Madame Aeschlimann répertorie régulièrement les faits divers à Asnières. Elle n'espère pas, comme le torchon cité plus haut, vendre des journaux mais gagner des voix, celles d'électeurs effrayés qui se laisseraient convaincre qu'Asnières est devenu la ville du crime depuis l'arrivée de la nouvelle municipalité.


Ce soir elle publie un article intitulé : "
Un incendie fait rage, les élus de la majorité sont ailleurs", dans lequel elle explique qu'un incendie a détruit un appartement dans l'indifférence du maire et des élus. Elle précise "qu'une femme et un bébé sont à la rue, ce soir" soulignant que l'élu de permanence n'a pas fait son travail, et que le feu a dû être éteint par les pompiers.

Outre le fait qu'il peut sembler normal qu'un incendie soit éteint par des pompiers dont c'est, jusqu'à preuve du contraire, le métier, on peut cependant s'interroger sur l'éventuelle indifférence des services municipaux et des élus.

Alors, "une maman et un bébé à la rue à cause du maire" : info ou intox? 

Comme d'habitude nous avons voulu enquêter, car nous avons l'habitude de ne jamais prendre pour argent comptant les "scoops" des blogs de l'UMP d'Asnières.
Enquête facilitée par les excellents contacts que nous entretenons avec deux agents de la police municipale (dont nous tairons les noms, il va sans dire) que nous avons pu joindre par téléphone vers 21H.

En effet, à 19h45, un feu s'est déclaré dans un logement des quartiers Nord rue Jules-Hardouin-Mansard. Une femme et son enfant, ainsi que 3 hommes, ont été évacués en présence des pompiers et de la police municipale. En effet le maire n'était pas sur place (ce qui n'aurait, de l'avis même des policiers, servi à rien).

Mais il apparait faux d'accuser les élus en général, le maire et l'élu de permanence en particulier, d'un quelconque manquement puisque les procédures normales ont été suivies. Le directeur de cabinet du maire, le premier adjoint, l'élu de quartier et l'élu de permanence ont géré le dossier par téléphone, alors que les services municipaux étaient sur place. Selon la police et contrairement à ce que laisse entendre Madame Aeschlimann sur son blog, aucun relogement des victimes n'a été nécessaire. 


Nous terminerons par ce commentaire de l'un de nos interlocuteurs:
"Des incendies dans une grande ville comme Asnières, il y en a chaque semaine. Lorsque les Aeschlimann étaient aux affaires, il y en avait tout autant et ils venaient jamais sur place, alors que le maire (NDLR; Sebastien Pietrasanta) il se déplace souvent, d'ailleurs ça ne sert pas à grand chose. Je ne vois pas pourquoi elle (NDLR : Madame Aeschlimann) raconte des bobards pareils ! En tous cas nous à la PM (NDLR: la Police Municipale) ça nous fait rigoler!""

Pour notre part nous concluerons par cette réflexion; utiliser la misère des gens, notamment les faits divers ou les accidents, pour en faire un argument politicien est particulièrement misérable et indigne, et prouve en réalité le mépris affiché par le couple Aeschlimann pour leurs concitoyens... et pour les lecteurs de leurs blogs, dont ils tentent de bourrer le crâne à grands renfort de "scoops" bidons!

(photo ci-dessus: image d'illustration) 

Commenter cet article